Qui suis-je ?

Rythmée entre cours, vélo et autres occupations, ma vie d'aujourd'hui connais un équilibre qu'il ne m'a pas été facile de trouver, mais qui m'est essentiel. Sans vélo, je ne serais probablement pas l'étudiant que je suis, et sans la mécanique, je me serais vite ennuyé sur ma selle. Car c'est le mélange des deux qui rend ma vie plus passionnante, malgré les contraintes. Voici le récit de mon parcours d'athl-étudiant.

Mon parcours d'athlète

J'ai débuté le vélo en compétition à l'âge de 9 ans. C'est mon beau-père qui m'a lancé dans la compétition VTT (je m'étais déjà essayé au judo, la natation, la gymnastique, course à pied...) après plusieurs années à rouler dans la forêt derrière chez nous mais sans jamais avoir enfilé de dossard. Lors de ma première course (une manche de TRJV), j'ai pris beaucoup de plaisir et je termine 3e sur le cross. Une place qui m'a donné envie de continuer à courir.

Peu à peu, j'ai commencé à m'investir de plus en plus dans ma pratique. En 2008 je termine 4e et 2e français (benjamin) de l'épreuve XCO du TFJV de Ploeuc-sur-Lié, derrière celui qui est aujourd'hui mon ami et coéquipier, Neïlo Perrin Ganier. Puis sont arrivées les coupes de France, où j'ai connu quelques bons résultats mais aussi beaucoup de problèmes mécaniques (j'étais du genre poisseux !). Mais malgré cela mes résultats m'ont permis d'intégrer en septembre 2011 le pôle espoir cyclisme de Besançon pour ma première année de lycée.

Après un an passé au pôle espoir et quelques bons résultats, j'ai pu intégrer l'année suivante le pôle France VTT qui était pour moi l'endroit idéal pour continuer ma progression et être au contact des meilleurs athlètes nationaux dans ma discipline. Parallèlement à cela, je rejoins en junior l'équipe ASPTT Définitive Gitane avec qui je participe à ma première manche de coupe du monde à Albstadt où je termine 6e. A la fin de ma 1ère année de junior, j'intègre l'équipe Creuse Oxygène avec laquelle je réalise une belle saison de J2 en prenant régulièrement position dans le top 5-6 en junior series. Je conclus la saison sur une 6e

place (1er français) aux championnats du monde de Hafjell (où je retrouve une fois encore mon pote Neïlo qui finit juste derrière moi en 7e  position). A la fin de mon année de terminale, je décide alors de me rapprocher de mon domicile familial et de poursuivre mes études à l'Insa de Rouen. Je quitte donc le pôle France et si au début je recevais encore quelques plans d’entraînements à distance je finis par reprendre en main mon entrainement, grâce notamment à l’expérience que j'avais accumulée les années précédentes.

Il m'a fallu quelque temps lors de mes premières années espoir pour m'habituer au rythme de l'Insa (et notamment des classes préparatoires) et des entraînements que je gérais désormais seul. Fin 2016, je quitte le team Scott Creuse Oxygène Guéret pour rejoindre le team Focus Rotor Coaching System. Après quelques années sans meilleurs résultats que quelques bonnes places (Top 10) en coupe de France élite, nous avions décidé avec le team que je pourrais aller explorer de nouvelles disciplines que j'avais jusque-là encore peu pratiquées, comme le marathon ou l'éliminator. Cela a été pour moi une vraie bouffée d'oxygène car la découverte de ces nouveaux formats m'a permis de garder l'envie de rouler tout en développant des qualités physiques essentielles en cross olympique comme l'explosivité ou encore l'endurance. De plus, la bonne ambiance de l'équipe m'a permis d'être dans les meilleures conditions pour performer tout m’épanouissant au sein du groupe. Durant l'année 2017, je parviens ainsi à décrocher le titre de vice champion de France U23 de XCO (derrière Neïlo), remporter une coupe de France et du monde de XCE, et remporter l'Alpes Epic en duo avec Joseph de Poorter et la Transmaurienne en U23, tout cela dans la même saison !

Malgré tout, c'est avec le XCE que j'ai le plus accroché. En effet, c'est une discipline qui correspond plutôt bien à mes qualités physiques car depuis très jeune j'ai toujours été performant sur des efforts de quelques minutes. Le XCE est une discipline qui sous bien des aspects est très attirante (très ouverte car pas besoin de points UCI, technique, tactique, physique, ...) mais qui est également sans pitié pour celui qui connaît une défaillance, et qui requiert pas mal d'expérience pour arriver à être performant et régulier. Et je dois avouer que j'ai eu la chance pour cela de profiter de la grande expérience du Team dans le domaine et surtout de mon coéquipier Titouan Perrin Ganier qui était déjà multiple champion de France lors de ma première saison à ses côtés et qui m'a donc apporté beaucoup. Je termine la saison 2017 sur une 5e place aux championnats du monde de XCE à Chengdu suite à un saut de chaîne.

Après une première saison plutôt positive, je décide de m'investir un peu plus dans le XCE pour la saison 2018 avec comme objectif de renouveler avec la gagne en coupe du monde et décrocher des podiums sur les grands championnats. Si j'ai réussi à atteindre ce dernier objectif en devenant vice champion de France et vice champion du monde derrière mon coéquipier Titouan Perrin Ganier, je n'ai malheureusement pas rempli le premier en passant deux fois de suite très près de la victoire mais en finissant second ou 4e (problème mécanique). De plus, une blessure à l'épaule suite à une chute en début de saison m'oblige à couper quelques temps de la compétition pour me rétablir. Une saison qui se conclut donc sur de belles performances mais avec encore un sentiment d'inachevé puisque j'étais proche de la victoire sans jamais réussir à l'atteindre, et j'ai dû composer avec des problèmes de santé en début de saison et mécaniques en fin de saison qui m'ont empêché de me donner à 100%.

Cette année j'avais donc une revanche à prendre et après être passé plusieurs fois tout près du maillot en XCE, j'avais vraiment envie de me donner les moyens de réussir. Cependant même si aujourd'hui ma pratique est plus tournées vers le XCE, je pense qu'il y a encore de beaux défis sportifs à relever en XCO et XCM.

Palmarès

2019
Elite 1
  • Vainqueur du général de la coupe du Monde City Mountainbike

  • Vainqueur coupe du monde XCE Villard de Lans

  • Vainqueur coupe du monde XCE Volterra

  • Vainqueur finale coupe du monde XCE Graz

  • Vice champion du monde XCE

  • Champion d'Europe XCE

  • Champion de France XCE

  • Vainqueur coupe de France XCE Jeumont & Ploeuc sur lié

  • Champion de France VTT XCO universitaire

  • 13e marathon séries Laissac

  • 8e Volcat BTT (6/13/9/5)

2018
Espoir 4
  • Vice champion du monde XCE Chengdu

  • 2e coupe du monde XCE Graz

  • 4e coupe du monde XCE Volterra

  • 4e championnats d'Europe XCE Graz

  • Vice champion de France XCE

  • 3e classement général coupe de France XCE

2017
Espoir 3
  • 5e championnats du monde  XCE Chengdu

  • Vainqueur coupe du monde XCE Anvers

  • Vice champion de France XCO U23

  • Vainqueur coupe de France XCE Chamberet

  • 2e classement général coupe de France XCE

  • Vainqueur Alpes Epic

  • Vainqueur Transmaurienne U23

mon parcours scolaire et professionnel

D'aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours voulu devenir ingénieur, avec un penchant pour la mécanique et l'électronique. Petit, il m'arrivait parfois de préférer être pilote de ligne ou biologiste, mais je finissais toujours par revenir à ce qui me passionnait le plus, l'ingénierie.

Mes parents m'ont toujours poussé à faire des études et à obtenir un bon diplôme car même si par la suite je décidais de donner la priorité au vélo, au moins je me serais assuré un avenir professionnel.

Au collège, je n'étais pas particulièrement brillant, je faisais parti des bons élèves mais je ne travaillais pas beaucoup et je me contentais de jouer sur mes facilités dans les matières scientifiques pour obtenir de bonnes notes mais sans aller chercher plus loin. En 2013 j'obtiens donc mon brevet des collèges avec mention Bien.

Par la suite, j'intègre le pôle espoir de Besançon et je rentre donc en internat au Lycée Jules Haag en section aménagée. Ce fût une super expérience pour moi de me retrouver dans une classe complète de sportifs venant de tout horizons. À la fin de ma seconde, je m'oriente naturellement vers la filière S avec une spécialité en Sciences de l'Ingénieur.

Malgré l’enchaînement des compétitions et le rythme du pôle, je parviens à obtenir de justesse (après une semaine complète sans sortir de chez moi pour réviser en rentrant des championnats d'Europe junior) mon Bac avec une mention Très Bien, condition nécessaire pour pouvoir intégrer par la suite l'Insa de Rouen.

L'arrivée à l'Insa m'a au début un peu chamboulé. Je me retrouvais désormais seul, sans le pôle, à devoir gérer mes entraînements et suivre les cours dont le niveau était tout de même supérieur à ce que j'avais pu voir au lycée. Contrairement au lycée où je pouvais jouer sur mes facilités dans

les matières scientifiques pour me maintenir dans les meilleurs de ma classe, là je me retrouvais qu'avec des étudiants qui étaient aussi les meilleurs de leur classe et il fallait donc commencer à bosser plus sérieusement.

Heureusement, j'ai pu bénéficier des aménagements horaires de l'Insa qui m'ont permit de faire mes deux premières années de cycle préparatoire intégré en 3 ans et donc de dégager du temps pour mes entraînements. Cela avait des avantages mais aussi quelques inconvénients car outre le fait de perdre un an, j'ai dû changer de promo au milieu de mon cycle préparatoire, et parfois le décalage des matières à l'année suivante cassait la continuité des cours et m'obligeait à me replonger dans des matières déjà passées les années d'avant.

A l'issu de ma première année à l'Insa, j'ai dû réaliser durant l'été un stage ouvrier de un mois dont le but était de se mettre dans la peau d'un ouvrier afin de découvrir le monde de l'entreprise. J'avais choisi pour cela de réaliser mon stage dans un domaine qui me faisait rêver depuis longtemps et qui représente pour moi l'excellence en terme d'ingénierie, l'aérospatiale. Par chance, j'habite assez près de Vernon où se trouvait le site de Snecma (aujourd'hui Ariane Group) qui produit les moteurs Vulcain 2 et Vinci, propulsant les étages un et deux de la fusée Ariane 5. Je parviens donc à obtenir un stage à la Snecma durant l'été 2015 dont la thématique portait sur la détermination de la capabilité des moyens de production. Le mois que j'ai passé là-bas a été extrêmement enrichissant et m'a permis de confirmer mon souhait de travailler dans ce secteur de haute technicité. J'ai également rencontré beaucoup de personnes très sympathiques et qui partageaient également ma passion pour le vélo, ce qui a facilité encore plus mon intégration lors du stage. Suite à cette période, j'ai confirmé mon envie de travailler dans l'industrie aérospatiale, et que je tout fait pour me donner les moyens d'y parvenir. Dans une entreprise comme Ariane Group il y a une multitude d'activités possibles pour un ingénieur, mais il y avait un domaine parmi tous les autres qui m'avait particulièrement intéressé lors de mon passage : celui de la production, et en particulier, liée aux nouvelles technologies de fabrication additives (impression 3D) qui me fascinaient littéralement.

De retour à l'Insa j'ai donc fais tout mon possible pour intégrer le département mécanique (qui était le plus demandé dans ma promo) que je parviens à intégrer de justesse. Dès lors, je ne pouvais plus aménager mon emploi du temps comme je l'avais fait auparavant mais d'un autre côté je préférais finir mes études plus rapidement que perdre encore un an et devoir jongler à nouveau entre les cours. Cela a donc remis encore une fois mon équilibre en péril mais j'ai finalement réussi à retrouver mon rythme, et je dois avouer que j'ai eu la chance d'avoir pu compter sur mes amis de ma promo ainsi que certains de mes professeurs du département, qui étaient compréhensifs par rapport à ma pratique et m'ont aidé dans mon double projet.

Aujourd'hui, je viens de valider ma 4e année et je réalise un stage de 3 mois au GPM (Groupe de Physique des Matériaux) sur l'étude des super-alliages à base Nickel mis en forme par fabrication additive. Pour ma 5e et dernière année, je serai en alternance au sein d'Ariane Group Vernon à raison de 2 jours par semaine le premier semestre et à plein temps à partir de second semestre. Je travaillerai à la qualification d'une nouvelle machine de fabrication additive métallique qui permettra à l'avenir d'augmenter la part de composants produits avec ce procédé sur les futurs moteurs Ariane. Cette alternance constitue pour moi une suite logique dans mon parcours et notamment vis-à vis de ma première expérience à Vernon. Elle me permettra de commencer à travailler sur les problématiques concrètes avant même l'obtention de mon diplôme.

Pour la suite, deux possibilités s'offrent à moi : me lancer de le monde professionnel ou poursuivre vers un doctorat dans le domaine de la fabrication additive avec le GPM. Mais j'avoue que cette dernière possibilité me tente de plus en plus !

CV et book

Cliquez sur l'image pour accéder aux téléchargements

J'ai crée ce blog afin de vous faire partager mes passions autours du VTT et de la mécanique. N'hésitez pas à vous inscrire pour rester informé de mes dernières actus et laisser des commentaires !

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Gris LinkedIn Icône
  • Gris Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube